Remco Evenepoel "déçu" après sa médaille d'argent à l'Euro: "J'ai eu ma chance aujourd'hui et je l'ai manquée"

Remco Evenepoel repart de l'Euro de cyclisme sur route de Trente avec deux médailles, le bronze sur le contre-la-montre et l'argent sur l'épreuve en ligne, où il a été battu dans un sprint à deux par l'Italien Sonny Colbrelli.

Remco Evenepoel "déçu" après sa médaille d'argent à l'Euro: "J'ai eu ma chance aujourd'hui et je l'ai manquée"
© AFP
Belga

"Je suis déçu, mais aussi très fier de cet argent et de ce bronze à un Euro. La semaine prochaine, ce sont déjà les Mondiaux du contre-la-montre, donc je ne vais pas m'attarder là-dessus longtemps et je suis heureux de courir à nouveau pour la victoire un plus haut niveau", a résumé Evenepoel lors de la conférence de presse au terme de la course.

"J'ai eu ma chance aujourd'hui et je l'ai manquée", regrettait le jeune coureur belge. "La semaine prochaine, je disputerai les Mondiaux. D'abord le contre-la-montre, où je donnerai tout. Puis la course en ligne. Wout van Aert peut avoir confiance, je roulerai à fond pour lui. Je pense qu'il a vu que je suis en ordre. Je veux l'aider. Il ne doit pas s'inquiéter, avec cette forme je veux aller à la limite pour lui. Je suis particulièrement heureux de rouler à nouveau avec les meilleurs, je poursuis sur la lancée des dernières semaines. Je suis de retour à mon meilleur niveau. Cela me rend heureux. Sur un parcours aussi difficile et technique, je me bats pour la victoire, j'ai engrangé de la confiance pour la suite."

Evenepoel s'est retrouvé en tête avec Sonny Colbrelli et le Français Benoit Cosnefroy, qui a ensuite été lâché. Le sélectionneur Sven Vanthourenhout conseillait à Evenepoel de ne pas rouler en tête. "Mais c'était en descente. Dans la roue ou devant, nous roulions à 60 km/h", a expliqué Evenepoel. "Je savais qu'il serait difficile de le dépasser, c'était de virage en virage, principalement en descente. J'étais dans la même situation qu'au Championnat de Belgique, devant avec deux hommes rapides. Il était difficile de s'échapper. J'ai essayé de sprinter, on ne sait jamais, s'il avait des crampes. Mon sprint n'était pas mauvais, je me suis un peu entraîné ces dernières semaines. Mais bon, c'était difficile."

Evenepoel retrouvera Colbrelli aux Mondiaux, où l'Italien sera un fameux client. "J'espère qu'il ne deviendra pas champion du monde, car alors nous ne verrons jamais ce maillot de champion d'Europe", a souri Evenepoel. "Il aurait dû me le laisser aujourd'hui. Il est aussi champion d'Italie, un maillot qu'on ne verra plus à cause de son titre européen. Il peut s'arrêter maintenant."