Un viol virtuel sur "Second Life"

Jusqu'où va la seconde vie sur Internet ? Après les politiciens, les publicitaires, ou encore les chercheurs d'emplois, ce sont les policiers qui déambulent désormais dans le monde virtuel "Second Life".

M.V.O.

Jusqu'où va la seconde vie sur Internet ? Après les politiciens, les publicitaires, ou encore les chercheurs d'emplois, ce sont les policiers qui déambulent désormais dans le monde virtuel "Second Life".

Selon "De Morgen", le parquet de Bruxelles vient de demander aux inspecteurs de la Federal Computer Crime Unit, la section de la police fédérale spécialisée dans la lutte contre la criminalité informatique, de jeter un oeil plus attentif sur ce qui se passe dans ce célèbre monde virtuel, qui fait fureur sur Internet, avec plus de 5 millions d'adeptes à travers le monde.

En cause : le viol - virtuel bien sûr - d'un personnage du jeu, aux traits plutôt enfantins. "Le but est de vérifier si des infractions ont été commises", indique-t-on auprès de la police fédérale.

Une nouvelle qui paraît a priori plutôt étonnante dans la mesure où il existe des tas de jeux vidéos où l'on maltraite allègrement - mais virtuellement - d'autres personnages... sans pour autant risquer des poursuites judiciaires. "C'est vrai, mais les gens ignorent généralement que la possession d'un dessin pédophile est tout aussi répréhensible que la possession d'une photo", explique un inspecteur.

"Second Life" avait déjà sa propre économie, avec sa propre devise, ses entreprises, ses magasins, ses écoles, elle a désormais aussi sa criminalité...

Web www.secondlife.com.