La maison passive est-elle vraiment l'habitation de demain ?

Une société d'architectes a conçu une maison passive à la Baraque de Fraiture et depuis fin 2012 étudie ses consommations et son fonctionnement dans la vraie vie. Une analyse utile...

La maison passive est-elle vraiment l'habitation de demain ?
©DR
E.W.

La maison passive est-elle abordable pour le Belge moyen ? La société A33 architecten, en collaboration avec le groupe Saint-Gobain, a relevé le défi dans l'une des régions où le climat est le plus rude de Belgique : la Baraque de Fraiture, où la température moyenne est de 4 °C inférieure à celle de Bruxelles. Pour la première fois, la consommation énergétique a été suivie en détail, offrant ainsi un regard unique sur le fonctionnement de l'habitation.

Un surcoût rentabilisé en 10 ans
Alors une maison zéro énergie, c'est bien beau, mais à quel prix ? « Le surcoût pour cette maison passive se chiffre à environ 32 000 euros : pour une isolation plus épaisse, des châssis spéciaux avec triple vitrage ainsi qu’une pompe à chaleur géothermique dotée du système innovant à "corbeilles", qui assure le chauffage au sol à basse température. » L'investissement pour les panneaux solaires n'est pas comptabilisé ici, car il dépend fortement des prix et des subsides qui évoluent constamment. Dans le cas de la maison Passive-Live, l'installation photovoltaïque sera en tout cas rentabilisée en moins de dix ans.

« Étant donné que les prix de l'énergie augmentent de 3 % par an et que l'investissement supplémentaire a été emprunté sur 25 ans à un taux d'intérêt fixe de 3,5 %, on peut affirmer que le remboursement reste constant alors que les économies sur le prix de l'énergie augmentent de 3 % chaque année. Conclusion : sur les 5 premières années, l'investissement est légèrement supérieur, mais ensuite, les économies énergétiques permettent de compenser le surcoût de départ, et à partir de 10 ans, l'investissement offre un rendement de 100 % », précise Toon Tweepenninckx.

Facture énergétique annuelle : 32 euros
Et ce bilan est tout simplement... impressionnant. Une habitation est considérée comme passive lorsque la demande énergétique totale pour chauffer (et refroidir) l'espace se chiffre au maximum à 15 kwh/m². Mais le système Passive-Live fait en pratique bien mieux que cela, prouvant ainsi que le « zéro énergie » est tout à fait possible. « La consommation électrique totale de la maison est tellement faible que les panneaux solaires suffisent à combler la demande pour le chauffage, l'eau chaude et les appareils ménagers. Autrement dit : cette maison passive est en fait une maison zéro énergie. »

Les 3 720 kWh d'électricité produits l'année dernière par les panneaux solaires suffisent donc pour couvrir presque entièrement les besoins en énergie : respectivement 980 kWh (électricité fournie pour le chauffage des pièces assuré par la pompe à chaleur sol-eau), 790 kWh (électricité fournie pour l'eau chaude sanitaire produite par la pompe à chaleur sol-eau) et 2 070 kWh (ventilation et consommation domestique). Ce qui permet d'obtenir une facture énergétique de seulement 32 euros par an. Par rapport à une habitation E60 avec chaudière à gaz à condensation et panneaux solaires, l'économie se chiffre à 1 500 euros, soit 125 euros par mois.

Tous les résultats chiffrés de cette expérience sont sur http://www.passive-live.be/


Sur le même sujet