"Honte à toi": des Iraniennes révoltées chassent un responsable de l'éducation de leur école (VIDEO)

La troisième semaine de révolte a débuté en Iran. Des milliers d'Iraniennes et d'Iraniens continuent de déferler dans les rues, de brûler des voiles et de chanter contre les autorités du pays.

"Honte à toi": des Iraniennes révoltées chassent un responsable de l'éducation de leur école (VIDEO)
©Twitter

La révolte gronde dans la rue mais aussi dans les écoles en Iran, où des jeunes femmes font entendre leur envie d'un changement radical. Des vidéos vérifiées par nos confrères de la BBC montrent des manifestations dans les cours d'école et dans les rues de plusieurs villes.

À Karaj, le 3 octobre, des écolières auraient forcé un responsable de l'éducation à quitter leur école. Des images publiées lundi sur les médias sociaux et relayées par le média britannique les montrent en train de crier "honte à toi" et de lancer des bouteilles d'eau sur cette personne qui n'était pas la bienvenue. Déterminée, la foule ramène cette personne jusqu'à la porte de l'établissement.

Un autre vidéo qui provient de Karaj montre des étudiants entonner ce slogan: "Si nous ne nous unissons pas, ils nous tueront un par un." Lundi, dans la ville de Shiraz, dans le sud du pays, des dizaines d'écolières ont également bloqué la circulation sur une route principale en agitant leur foulard en l'air et en criant "mort au dictateur", en référence au Guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, qui a le dernier mot sur toutes les questions d'État. D'abord discret, Khamenei a rompu son silence sur les troubles et accusé les États-Unis et Israël de les orchestrer pour déstabiliser l'Iran. Il a également apporté son soutien total aux forces de sécurité qui répriment violemment le mouvement de révolte.

Pour rappel, c'est la mort de l'Iranienne Mahsa Amini qui a déclenché les manifestations. Cette jeune femme de 20 ans est morte après "un violent coup à la tête" donné par la police des mœurs le jour de son arrestation, selon les accusations de sa famille.