Classique de la littérature, écrit par Jack London voici plus d’un siècle, L’Appel de la forêt - The Call of the Wild - ce qui ne veut pas dire tout à fait la même chose - en a connu des adaptations à l’écran. Mais, à l’heure où la nature vit des heures tragiques, l’œuvre est suffisamment riche pour proposer un nouveau regard.

L’histoire est celle de Buck, un chien, qui mène une vie confortable auprès de son maître en Californie. Volé, il est expédié en Alaska pour être utilisé comme chien de traîneau à l’époque de la ruée vers l’or. Le changement est brutal, mais il réveille la part sauvage de l’animal.

Disney, via sa filiale Fox Studios, en livre une adaptation profilée en fonction de son cœur de cible : le public familial. Le récit est remanié, simplifié et surtout édulcoré : Buck est désormais le gentil chien-chien à ses maî-maîtres qui se succèdent, sans être toujours gentils-gentils avec le toutou.

Cette capacité de Disney à tremper un récit dans le sirop de guimauve et à le regarder dégouliner est évidemment écœurante, mais ce n’est pas le pire. Le pire, c’est Le Roi Lion.

Mais quel rapport entre Buck et Simba, Nala, Mufasa, Scar, Timon, Pumbaa, etc ? Hé bien, on peut désormais réaliser des films en effet "live action", sans avoir recours à des animaux puisqu’on ne sait plus distinguer le vrai du fake. Sauf quand l’animal prend des expressions typiquement humaines. Le problème des effets spéciaux, c’est qu’ils se croient tout permis. Les animateurs ne se contentent pas de faire de Buck un chien robuste. Non, c’est un chien surcanin, à tel point que l’expression cabotiner semble avoir été créée pour lui.

Au final, ce film gnangnan débouche sur un contresens puisque l’appel que ce chien star Buck entend au plus profond de lui, ce n’est pas celui de la forêt mais de la Silicon Valley.

Et Harrison Ford et Omar Sy ont-ils été numérisés ? En tout cas, ils jouent comme des disques durs.

L’appel de la forêt / The Call of the Wild Aventure numérique De Chris Sanders Scénario Michael Green d’après l’œuvre de Jack London Avec Harrison Ford, Omar Sy, Dan Stevens Durée 1h40.

© Note LLB