Certains bourgmestres seront cléments sur les lieux culturels qui resteront ouverts: "Je ne vais pas rajouter une erreur"

Alors que plusieurs salles de théâtres et cinémas prévoient de rester ouverts malgré la décision du Codeco, plusieurs bourgmestres bruxellois et les procureurs généraux se refuseront à les sanctionner.

Certains bourgmestres seront cléments sur les lieux culturels qui resteront ouverts: "Je ne vais pas rajouter une erreur"
©Shutterstock

La mesure prise par le dernier Comité de concertation est fortement décriée : les lieux culturels devront fermer leurs portes dès ce 26 décembre. La grogne du milieu, des politiques et même des experts scientifiques ne s’est pas fait attendre et en guise de protestation, la désobéissance s'organise.

Une manifestation du milieu culturel est prévue ce dimanche à Bruxelles. En parallèle, plusieurs salles de spectacles et cinémas ont annoncé qu’ils resteraient ouverts. Une action qui sera soutenue par plusieurs bourgmestres de la Région bruxelloise, qui ont décidé de ne pas envoyer les forces de l’ordre pour baisser les rideaux lorsque la mesure sera effective.

C'est le cas de Boris Dillies, bourgmestre d'Uccle. "Vous avez une jauge de 800 places. Bien entendu, on reste limité à 200. Toutes les mesures de sécurité exigées sont prises. Par conséquent, je n'entends ni appeler à la désobéissance civile ni envoyer les chars dans le cas présent", a-t-il déclaré au micro de RTL, concernant le centre culturel de sa commune.

Même son de cloche à Ixelles. "Très clairement, à la suite de l'erreur symbolique du Codeco, je ne vais pas rajouter moi une erreur. Non, je ne vais pas considérer que c'est prioritaire. Et non, on ne va pas envoyer spécialement la police contrôler ce genre d'endroits", a aussi fait savoir à nos confères, le bourgmestre Christos Doulkeridis, qui était présent au Codeco.

Ces élus auront aussi le soutien du président du collège des procureurs généraux, Ignacio de la Serna. "En tant que ministère public, il faut avoir une politique criminelle intelligente. Nous avons des tas d'autres vrais phénomènes criminels, nettement plus prioritaires. Nous n'allons pas demander aux policiers de monter la garde devant les théâtres ou de dresser systématiquement des PV", a-t-il annoncé toujours sur RTL.

Sur le même sujet