CST, Horeca, événements publics... Tout savoir sur le nouveau baromètre corona

L’affaire semblait mal embarquée… Mais Alexander De Croo est parvenu in extremis à faire aboutir le baromètre corona, après une réunion en aparté d’avant Codeco avec les ministre-Présidents.

Ce baromètre doit "offrir plus de prévisibilité aux secteurs concernés, structurer les décisions du Comité de concertation et les rendre plus transparentes", selon le Premier ministre. L'outil ne sera pas contraignant et le politique gardera la décision finale. Il est a priori limité au 30 juin.

Il comporte trois niveaux de pression sur les soins de santé : le code jaune, pour une situation sous contrôle ; le code orange (dès 300 lits de soins intensifs et 65 nouvelles hospitalisations par jour), nécessitant une intervention ; le code rouge (dès 150 nouvelles hospitalisations par jour et 500 lits de soins intensifs) avec un fort risque de surcharge du système de santé. Une distinction est faite entre activités intérieures/extérieures et non dynamiques/dynamiques.

La pression placée par les entités fédérées a toutefois été telle que la version définitive de l’outil se révèle assez peu stricte, en comparaison avec ce qui était sur la table encore jeudi soir. Le baromètre n’inclut qu’un nombre limité de secteurs : les événements publics et activités collectives, l’Horeca et les activités récréatives. Il ne comprend ni l’enseignement ni la sphère privée.

Pedro Facon, commissaire corona, précise que d’autres secteurs pourraient s’ajouter ultérieurement. Des mesures restrictives restent possibles dans les secteurs non inclus.

Le baromètre sera d’application, en code rouge, à partir du 28 janvier.

Événements publics

Il concernera les événements publics comme les pièces de théâtre et les matchs de football qui seront autorisés à l’intérieur et à l’extérieur, à l’exception des événements dynamiques en intérieur comme les soirées dansantes. Le public pourra revenir dans les stades, avec une jauge de 70 % et un compartimentage des fans.

Le port du masque est obligatoire à l’intérieur et à l’extérieur. Le CST est obligatoire à partir de 50 participants en intérieur et 100 participants en extérieur.

Il sera possible de déroger au plafond de 200 personnes par salle. Un taux d'occupation de 70 % voire 100 % sera autorisé pour les plus grandes salles à condition que la qualité de l'air soit maintenue en dessous de 900 ppm (norme CO2).

Les mariages et les enterrements restent autorisés comme à l’heure actuelle.

CST, Horeca, événements publics... Tout savoir sur le nouveau baromètre corona
©IPM GRAPHICS

Horeca

L’heure de fermeture du secteur Horeca passe à minuit, au lieu de 23 h actuellement, sous pression notamment de Sophie Wilmès (MR). Le monde de la nuit reste fermé.

CST, Horeca, événements publics... Tout savoir sur le nouveau baromètre corona
©IPM GRAPHICS

Activités organisées en groupe

Les mouvements de jeunesse, la vie associative et la pratique du sport à un niveau non professionnel sont autorisés. La capacité maximale est de 80 personnes à l’intérieur et de 200 personnes à l’extérieur. En camps, les nuitées sont autorisées.

Une série d’activités d’intérieur peuvent reprendre : les parcs d’attractions, les plaines de jeux intérieures, les bowlings, les billards, les casinos, etc.

Trois doses requises

La durée de validité du CST de base (deux doses) sera réduite à 150 jours à partir du 1er mars. La règle en vigueur au niveau européen, pour les voyages, est fixée à 9 mois. Avec 5 mois, la Belgique sera donc plus stricte. Cette décision se base sur un rapport du Rag (risk assessment group) qui montre une diminution significative de l’immunité contre Omicron à partir du 4e mois après la primo-vaccination complète. La dose booster sera requise sur le CST qui, sans elle, ne sera plus valide, à moins de disposer d’un test négatif ou d’un certificat de rétablissement. Actuellement, 54 % de la population totale a reçu le booster. Autre décision : la durée de validité du certificat de rétablissement est également réduite à 150 jours. Des centaines de milliers de Belges devront donc, s’ils veulent conserver un CST valide, aller recevoir leur booster d’ici au 1er mars.

Sur le même sujet